design research

publication

Sophie Calle
Douleur Exquise
Ed. Actes Sud, 2003
ISBN 2-7427-4513-8
281p

Pièce sonore

PDF à télécharger et imprimer

Douleur Exquise a été pensé en 1984-1985 et présenté la première fois sous la forme d’une exposition en 2003, dans la rétrospective de Sophie Calle M’as-tu vue au centre Georges-Pompidou. Douleur Exquise a aussi fait l’objet d’un livre d’artiste, pensé en parallèle à l’exposition. Le livre est composé de trois parties et en reprenant le terme médical de « douleur exquise » c’est à dire une douleur localisée, Sophie Calle aborde son histoire personnelle qu’elle met en scène, en se liant aux trajectoires de vies d’anonymes.

« Avant la douleur »

Sous la forme d’un compte à rebours de 92 jours, Sophie Calle raconte son voyage vers le Japon, jusqu’à ce moment où elle a tant souffert.
Dans cette première partie elle compose avec des documents de natures diverses, des photographies de son voyage, ses billets de train, factures, visa, pages de carnet, pages de livre ou encore lettres manuscrites. Elle accompagne parfois ces images de légendes, où elle donne de nombreux détails.
En reprenant l’esthétique et les codes de l’archive, du souvenir et du carnet de bord, Sophie Calle nous plonge dans un fragment de sa vie, de manière intimiste, les documents apparaissant comme des cachets d’authenticité et d’objectivité La photographie est ainsi mise au même niveau que les autres documents dans le travail d’archivage du vécu auquel elle se livre.

« Lieu de la douleur »

Sophie Calle fait une reconstitution du lieu où elle apprit cette nouvelle, qui l’a tant faite souffrir: une chambre d’hôtel avec un téléphone rouge à New Delhi.
Sophie Calle joue dans ce livre avec l’authentique et le factice pour nous plonger dans une histoire thérapeutique.

« Après la douleur »

De J +1 à J +99, Sophie Calle représente les 99 jours qui suivent ce moment de douleur. Nous ne sommes plus dans l’archivage, mais dans le récit, le sien sur la page de gauche sur fond gris et écriture blanche, celui d’anonymes racontant le jour où ils ont le plus souffert, sur fond blanc en écriture grise. Chaque récit, est accompagné d’une photographie: pour celui de Sophie Calle celle de la chambre reconstituée, pour les anonymes, une image qui fait échos au texte, sans jamais en devenir l’illustration. La photographie seule ne peut exprimer toute la douleur décrite par l’écriture, et l’écriture seule perd de son impact émotionnel.
L’écriture blanche des récits de Sophie Calle disparraissent progressivement au fil du décompte, et figure ainsi l’effacement et l’éloignement de la douleur.

Douleur Exquise est publié par Acte Sud comme toute une série de livres de l’artiste, toujours au même format. Sophie Calle pense elle même sa conception graphique, ici en écho à l’exposition M’as-tu vue, et est accompagné par Raphaëlle Pinoncély, directrice artistique chez Acte Sud au moment de la publication.
La couverture reprend le tissus en lin qu’elle a utilisé comme support des textes et images pour son exposition, avec le gauffrage du téléphone de la chambre à New Delhi.